Incubateur & Accompagnement de Startups | WACANO

3 Raisons Pour Lesquelles Naruto Devrait Vous Inspirer 🩊

Si tu lis ces lignes c’est sans doute que le manga culte qui a dĂ©butĂ© il y a plus de 20 ans (et oui dĂ©jĂ !), suscite encore chez toi une puissante Ă©motion. Je l’admets, je ne suis pas diffĂ©rent. En plus de cette passion qui m’est venue Ă  l’adolescence, j’en nourri une autre aujourd’hui : mon job dans l’ Ă©cosystĂšme startup. Ce poste m’a fait observer des patterns communs entre le protagoniste de l’oeuvre de Kishimoto et les entrepreneurs qui bĂątissent du succĂšs.

Tu as peut-ĂȘtre lu les bios d’Elon Musk, Richard Bronson ou Steve Jobs? Nous aimons tous ces histoires mythiques qui font rĂȘver et donc vendre des bouquins. Mais quitte Ă  faire dans le story-telling, pourquoi ne pas ouvrir nos chakras Ă  des rĂ©cits fictifs tout aussi inspirants? DĂ©couvrons ensemble quelles sont les 3 raisons pour lesquels Naruto devrait t’inspirer en tant qu’entrepreneur.

Retour sur le succĂšs de Naruto

Avec plus de 250 millions de copies, Naruto est le troisiĂšme manga le plus vendu de tous les temps (aprĂšs qui? Dragon Ball & One Piece, tu l’auras devinĂ©). Plus qu’un product-market fit, on peut largement parler de scale partout dans le monde!

Le Lean Manga

D’ailleurs, en parlant de product-market fit, le Shonen Weekly Jump qui est un magazine hebdo de prĂ©publication de mangas qui a lancĂ© Naruto, utilise une mĂ©thode astucieuse pour Ă©valuer si une histoire mĂ©rite sa publication. Pour chaque nouveau numĂ©ro, le magazine lance un sondage pour collecter le feedback des lecteurs sur le dernier chapitre paru. L’équipe Ă©pluche ensuite les retours ce qui lui permet de donner des orientations en continue Ă  l’auteur pour amĂ©liorer son oeuvre voire l’arrĂȘter, si elle ne fonctionne pas. Si la narration n’est pas suffisamment adoptĂ©e, l’auteur dispose d’ 1 mois ou 2 pour redresser la barre avant de laisser sa chance Ă  une nouvelle sĂ©rie qui prendra sa place. Je trouve ce cycle de validation extrĂȘmement vertueux. C’est un peu le Lean Startup appliquĂ© au monde du manga. Mais revenons Ă  notre ninja prĂ©fĂ©rĂ©.

Naruto: Elevator Pitch

L’histoire commence pendant l’adolescence de Naruto. Orphelin cancre et s’adonnant Ă  un rĂŽle d’idiot, il n’en loupe pas une pour se faire remarquer. MalgrĂ© ses frasques il a une grande Vision : devenir le chef de son village afin d’ĂȘtre reconnu par les habitants de sa communautĂ©, Konoha. En effet, KyĂ»bi, le dĂ©mon renard, a Ă©tĂ© scellĂ© en lui Ă  sa naissance ce qui attise la crainte et le mĂ©pris des autres villageois. Avec le temps, ils vont mĂȘme complĂštement amalgamer KyĂ»bi et Naruto. Ce dernier s’entraĂźne dur afin de devenir genin, le premier niveau chez les ninjas. AprĂšs avoir ratĂ© l’examen 3 fois — Ă  l’instar de certains fondateurs comme Jack Ma d’Alibaba — il arrive finalement Ă  recevoir son bandeau frontal de Konoha. Il est alors inclus dans une Ă©quipe de trois apprentis ninjas, avec Sakura et le tĂ©nĂ©breux Sasuke qui est pour sa part en quĂȘte de vengeance. Peu aprĂšs, ils rencontrent le maĂźtre qui s’occupera de leur formation : Kakashi, un ninja supĂ©rieur charismatique et peu conventionnel.

Au dĂ©but rĂ©pudiĂ© par ses pairs, Naruto va progressivement monter en compĂ©tence et gagner l’affection des villageois. Au fil des combats dantesques qu’il remportera face Ă  des ennemis de plus en plus puissants il va dĂ©velopper des nouveaux jutsus* ainsi que des aptitudes dignes des plus grands entrepreneurs.

*Jutsu: techniques

1. Une ambition stellaire: devenir Hokage

“Je ne reviens jamais sur ma parole: c’est mon [Why] !”

DĂ©s le dĂ©but de l’épopĂ©e, Naruto est certes un loser absolu mais il a pour ambition d’obtenir le titre suprĂȘme en tant que ninja, devenir le Hokage, autrement dit le maĂźtre du village. Depuis le premier volume jusqu’au 72Ăšme, en dĂ©pit de la difficultĂ© des Ă©preuves, jamais il ne se dĂ©tournera de sa vision initiale. C’est son “Why” Ă  lui, son “nindo”*, quoi qu’il en coĂ»te.

*Nindo: voie du ninja

“Tout le monde a besoin d’une raison d’exister. Ne pas en trouver une, c’est comme se laisser mourir. » — Naruto

Il n’abandonne jamais.

Je suis sĂ»r que tu as vu le TedX de Simon Sinek sur le Cercle d’Or. Le cĂ©lĂšbre confĂ©rencier explique comment les grands leaders communiquent, en commençant par dĂ©crire leur pourquoi (leur cause fondamentale), puis en dĂ©crivant leur comment (leur proposition de valeur), et enfin Ă©nonçant ce qu’ils font. Sinek a une interprĂ©tation transcendante sur les boites qui dĂ©finissent leur pourquoi comme Apple et gĂ©nĂšrent en consĂ©quence plus d’adhĂ©sion que la compĂ©tition.

La vocation de Naruto est limpide et il la communique avec une sincérité radicale, une force de conviction qui, en comparaison, pourrait faire passer de bons pitchers pour des vendeurs de tapis.

“Si vous n’ĂȘtes pas satisfait de votre destinĂ©e, ne l’acceptez pas. Ayez plutĂŽt le courage de la changer. » — Naruto

RĂ©silience: mode d’emploi pour rĂ©ussir son propre Rasengan

Et toi alors? Parfois, ton ambition te semble inaccessible ? Ce sont tes barriĂšres mentales qui te poussent Ă  considĂ©rer certains sommets comme hors d’atteintes.

Comme pour l’apprentissage long et complexe du Rasengan, la technique phare de Naruto, tu seras parfois dĂ©couragĂ©. Mais l’une des valeurs fondamentales de la culture japonaise est la persĂ©vĂ©rance. Les hĂ©ros japonais se projettent souvent des objectifs simples et clairement dĂ©finis : devenir le plus fort, le roi des pirates, le Hokage. Ils font preuve de patience et de tĂ©nacitĂ© pour y parvenir.

C’est pour les mĂȘmes raisons que la passion est un ingrĂ©dient important dans l’entrepreneuriat. En cĂŽtoyant les entrepreneurs, j’ai observĂ© divers sous-jacents au succĂšs : un CEO brillant, un large rĂ©seau, parfois un soupçon de chance
 Cependant on retrouve toujours un dĂ©nominateur commun : un volume de travail colossal! La meilleure façon de gagner est de travailler plus que les autres. Pour aider, la passion stimule le travail.

On peut dire que la passion est le chemin le plus direct vers le travail, et le travail est le chemin le plus direct vers le succĂšs. La chance existe mais le travail est la meilleure police d’assurance pour forcer le destin. L’autre jour, j’écoutais un podcast qui exposait une punchline d’un professeur Ă  l’ESCP qui a retenue mon attention : “La chance est une compĂ©tence : celle de savoir gagner les concours de circonstances”.

Alors si tu veux bĂątir du succĂšs faites comme Naruto et Rock Lee, travaille plus que les autres et ne lĂąche rien!

“Un hĂ©ros n’est pas quelqu’un qui n’échoue jamais. C’est quelqu’un qui se relĂšve, encore et encore, il ne perd jamais de vue ses rĂȘves” — Rock Lee

Rock Lee, un exemple en matiĂšre d’exĂ©cution.

Pour qu’un sommet paraisse moins inaccessible, une bonne stratĂ©gie est d’effectuer l’ascension en plusieurs Ă©tapes. La clĂ© est dans le focus: la capacitĂ© de se polariser sur une Ă©tape, puis la suivante. Les abattre les unes aprĂšs les autres. Passer de 0 Ă  1 puis de 1 Ă  10, de 10 Ă  100 et ainsi de suite. Fais de ton mieux et ne t’arrĂȘte pas avant d’avoir atteint ton but. N’oublie pas que devenir expert dans un domaine requiert 10 000 heures de pratique d’aprĂšs la thĂ©orie de Malcolm Gladwell, soit 5 heures par jour pendant 5 ans.

Changer de point de vue et oublier tes idĂ©es reçues te permettront de rĂ©aliser des projets ambitieux. Mais garde Ă  l’esprit qu’un effort de longue haleine sera nĂ©cessaire.

“Inutile d’engager un effort en discontinuitĂ©, l’entrepreneuriat c’est une dĂ©termination et une gĂ©nĂ©rositĂ© zĂ©lĂ©e au quotidien” — Oussama Ammar

On pivote la stratégie et les opérations, pas la vision

Dans sa quĂȘte personnelle, Naruto a eu mille occasions de se compromettre, voire de rejoindre le darkside, jamais pourtant il ne s’est dĂ©tournĂ© de sa vision.

Ceci n’est pas sans me rappeler, les entrepreneurs qui m’ont pitchĂ© un jour une grande ambition de startup, puis quelques mois plus tard, ont commencĂ© une activitĂ© de service pour faire de l’alimentaire, notamment agence web. Par expĂ©rience, j’ai observĂ© que souvent, il s’agit d’une tentation de court terme qui a un impact nĂ©gatif sur le long terme. Aucun jugement de valeur sur le pivot vers le modĂšle d’agence, mais parfois il prend le pas sur le rĂȘve initial. Dans ces moments, il est recommandĂ© de revenir interroger son “pourquoi” plutĂŽt que d’ĂȘtre malheureux Ă  persĂ©vĂ©rer dans une voie qui ne nous correspond pas.

“Quelle est la diffĂ©rence entre un hĂ©ro et un lĂąche? Aucune Ă  part ce que tu FAIS car les 2 ressentent la mĂȘme peur. Les gens vous jugeront sur ce que vous faites, pas sur ce que vous ressentez”. — Ben Horrowitz

2. La capacitĂ© d’apprentissage: Kyubi & le ninjutsu

La découverte de son for intérieur

Naruto s’est fait scellĂ© le dĂ©mon renard pour devenir Ă  son insu l’hĂŽte d’une puissance effrayante alors qu’il n’était encore qu’un nouveau-nĂ©. Un fardeau qui le poursuivra toute son adolescence allant jusqu’à l’ostraciser, avant que cet attribut ne se transforme en son meilleur atout.

Dans un premier temps, il n’a pas conscience de son pouvoir et lutte par un conflit introspectif perpĂ©tuel. Notre hĂ©ros va au fil de l’aventure apprendre Ă  maĂźtriser la force sans limite du renard lĂ©gendaire Ă  9 queues.

Naruto submergĂ© par l’esprit du renard Ă  9 queues

Comme Jack Ma, Xavier Niel ou Marc Simoncini, Naruto était un élÚve médiocre, pas suffisamment drivés par la rigueur académique. Sans talent de ninja, ni résultats scolaires convaincants, rares sont ceux qui auraient parié sur lui. Pourtant, il pompe dans un puits à motivation sans fond à mesure que les choses se concrétisent pour lui. Il part de loin mais fini premier. A qui sait trouver du sens, il ne faut jamais sous-estimer sa capacité à apprendre pour se réaliser.

“Parfois tu dois te confronter dans le but d’apprendre, tomber dans le but d’évoluer, perdre dans le but de gagner, parce que les plus grandes leçons de vies s’assimilent dans la douleur.” — Pain

Du noob au HĂ©ros

En tant qu’entrepreneur, on alimente parfois le syndrome de l’imposteur, l’impression de ne pas avoir le talent requis pour exĂ©cuter sa vision. Pourtant, c’est souvent les histoires les plus Ă©tonnantes qui font les plus grandes rĂ©ussites avec sur le chemin un tas d’erreurs monumentales. Par exemple Airbnb est souvent considĂ©rĂ© dans la Valley comme la pire idĂ©e ayant le mieux marchĂ©. Qui voudrait hĂ©berger un parfait inconnu dans son salon en 2008? Ce sont pourtant 3 millions d’hĂŽtes que l’on compte Ă  travers le monde aujourd’hui. Cela rĂ©sonne comme une Ă©vidence a posteriori mais paraissait impossible a priori. Comme celle de Naruto, la trajectoire extraordinaire de Airbnb a Ă©tĂ© semĂ©e d’embĂ»ches ce que nous raconte Brian Chesky dans son interview par Reid Hoffman, le fondateur de LinkedIn et auteur du fameux Blitzscaling. Je te recommande chaudement cet Ă©pisode fascinant.

La clĂ© est de se remettre de ses Ă©checs le plus rapidement possible et s’en servir comme apprentissage pour faire toujours mieux.

« Le succĂšs, c’est d’aller d’échec en Ă©chec sans perdre son enthousiasme » — Winston Churchill

Courbe d’apprentissage verticale

Pour relever les dĂ©fis inhĂ©rents Ă  qui veut incarner le ninja numĂ©ro 1 du village, Naruto sait qu’il doit renforcer son art et fait preuve d’une rĂ©silience sans faille quand il s’agit d’apprendre de nouvelles techniques.

Cette soif d’apprentissage se retrouve chez les entrepreneurs capables de se mĂ©tamorphoser en Ă©ponges sĂ©lectives qui assimilent les choses essentielles Ă  la progression de leur business. Une qualitĂ© fondamentale car la rĂ©alitĂ© d’un CEO est diffĂ©rente quand il est :

  • 1. en phase d’amorçage oĂč il doit avoir une comprĂ©hension fine du besoin de son marchĂ©,
  • 2. en phase early-stage oĂč il n’a que quelques clients Ă  servir du mieux possible en dĂ©livrant la meilleure solution,
  • 3. en phase de scale, oĂč il doit s’entourer de meilleur que lui, porter la culture et faire plus de reprĂ©sentation.

“Les choses les plus importantes de la vie ne sont pas Ă©crites dans les livres. On doit les apprendre en les expĂ©rimentant soi-mĂȘme.” — Sakura

Aussi, par essence dans la tech, les usages et les pratiques Ă©voluent tellement vite qu’il faut savoir ĂȘtre agile comme un ninja pour s’adapter en permanence. En growth marketing cela se matĂ©rialise par exemple par le fait d’exploiter des leviers Ă  contre-courant avant qu’ils ne deviennent mainstream et saturĂ©s. En effet, un canal d’acquisition trop encombrĂ© mĂšne Ă  ce qu’Andrew Chen* appelle poĂ©tiquement la loi du taux de clique merdique!

Ce qui est incroyable avec l’ùre d’internet c’est que l’on peut apprendre ce que l’on veut. L’accĂšs Ă  l’information est devenu une commoditĂ©. Nous n’avons plus aucune excuse. Tout ce que tu souhaites connaitre est disponible en ressources illimitĂ©es via Youtube ou Coursera. Tu peux avoir accĂšs au plus grands esprits de ce monde et Ă©changer avec eux grĂące Ă  LinkedIn ou Facebook. Ressens-tu ce chakra prodigieux qui sommeille en toi?

La capacitĂ© d’apprentissage de soi, forces et faiblesse, de ses erreurs, de ses clients et de son environnement est l’apanage des grands ninjas et des grands entrepreneurs. Naruto est sans aucun doute un selfmade-man mais il a su Ă©galement tirer le meilleurs parti des enseignements de ses maĂźtres et de ses amis comme de ses ennemis.

*Andrew Chen: ex-Uber, aujourd’hui VC , il s’agit de l’un des growth maketers les plus iconiques.

3. Le pouvoir d’attraction : Konoha, sa communautĂ©

S’entourer de A-players

Sur les premiers arcs de la série, Naruto prend inspiration auprÚs de son rivale Sasuke, bien plus doué que lui. Plus tard il prendra conseil auprÚs de Shikamaru, le ninja le plus smart du village dont le QI serait supérieur à 200 (rien que ça). Ici encore, Naruto emprunte les tactiques des plus illustres fondateurs.

Dans l’interview menĂ©e par Terry Gross, Steve Jobs avait exposĂ© le secret du recrutement dans l’entreprise de Cupertino :

“Chez Apple, nous recrutons nos collaborateurs pour qu’ils nous disent ce qu’il faut faire, et non l’inverse.” — Steve Jobs

D’ailleurs si on dĂ©peint souvent Jobs comme omnipotent, contrĂŽlant tout depuis son trĂŽne d’oĂč il dicte ses brillantes idĂ©es sans supporter la contradiction, la rĂ©alitĂ© est tout autre. Le patron d’Apple Ă©tait connu pour dire Ă  ses collaborateurs que leur travail Ă©tait “merdique”. Il explique en faite que:

“je veux leur dire – sans laisser place Ă  l’interprĂ©tation – que je pense que leur travail n’est pas Ă  la hauteur mais que, parfois
 j’ai tord”.

Le style d’échange prĂŽnĂ© par Jobs peut en dĂ©courager plus d’un mais il prĂ©cise ensuite:

“Ça m’est Ă©gal de me tromper. Et j’admettrai souvent m’ĂȘtre trompĂ©. L’essentiel pour moi est que nous fassions ce qu’il faut.” Il ajoute Ă  destination des ses Ă©quipes: “C’est votre travail de me convaincre que j’ai tord!”

Par un retour frontal et sincĂšre, il se prĂ©occupait donc davantage d’avoir la bonne rĂ©ponse que d’avoir raison.

“Peu importe votre puissance, n’essayez pas de tout assumer seul. Devenir Hokage ne signifie pas que les gens vous reconnaĂźtront. Mais lorsque les gens vous reconnaissent, alors vous pouvez prĂ©tendre Ă  devenir Hokage. N’oubliez jamais vos proches!” — Itachi

Itachi, l’incarnation du charisme.

Pourquoi recruter des JÎnins (= profils expérimentés) post-PMF*?

Niveau recrutement, il est souvent recommandĂ© au lancement de sa boĂźte de faire monter en compĂ©tences des jeunes polyvalents et extrĂȘmement motivĂ©s. Plus Ă©conomiques, moins dogmatiques, l’esprit mallĂ©able avec une courbe d’apprentissage plus vĂ©loce, le besoin de prouver sa valeur et de se bĂątir un track record
 les avantages d’une recrue junior sont nombreux. NĂ©anmoins, passĂ© un cap Ben Horrowitz, fondateur du fonds Andreessen Horrowitz, prĂ©conise d’engager des profils plus expĂ©rimentĂ©es pour gagner du temps. Un accĂ©lĂ©rateur pour ton business Ă  condition que les nouveaux cadres se plient Ă  la culture locale et que tu leur donnes des objectifs clairs et ambitieux.

*PMF: Product-Market fit: validation de l’hypothĂšse de marchĂ©.

AprĂšs les classes de Kakashi-sensei, Naruto enrĂŽle le ninja lĂ©gendaire Jiraya pour monter au niveau supĂ©rieur. Jiraya est un est ermite fantasque qui deviendra le pĂšre spirituel du protagoniste. Il lui enseigne notamment la technique d’invocation des crapauds et surtout le Rasengan, qui consiste Ă  former une sphĂšre de chakra dĂ©vastatrice. Le destin de Jiraya mĂšnera Naruto Ă  faire face Ă  un autre de ses disciples, Pain, l’un des ennemis les plus baddass de la saga. Pain, rongĂ© par la haine, mettra le credo de Naruto Ă  rude Ă©preuve en l’invitant Ă  basculer du cotĂ© obscure. Comme Ă  son habitude, mĂȘme au bord du prĂ©cipice, il n’abandonnera jamais et vaincra. Un succĂšs qui l’érigera au rang de hĂ©ros de Konoha, un tournant dĂ©finitif dans la perception collective des villageois vis-a-vis de Naruto, autrefois persona non grata. Cet Ă©vĂ©nement game-changer fait enfin du jeune ninja un prĂ©tendant tout Ă  fait crĂ©dible pour accomplir son rĂȘve de Hokage.

Pain qui se balade dans ma bibliothùque


Pour y parvenir, la roadmap est encore longue mais il peut s’appuyer sur toute une communautĂ© d’amis qu’il a su embarquer au fur et Ă  mesure de sa progression. La capacitĂ© de savoir s’entourer est la mĂšre des qualitĂ©s d’un entrepreneur disait Bill Gates.

Comme Konoha pour Naruto, rassemble ta communauté

Partout oĂč il passe, Naruto, tel un aimant, suscite l’affection des ses pairs et les rassemble. Pour ce faire, il s’appuie sur sa volontĂ© inĂ©branlable mais Ă©galement l’empathie et le pardon.

L’un des enseignements majeurs de l’oeuvre est que tout peut s’arranger avec le pardon et la dĂ©termination. GrĂące Ă  ce prĂ©cepte quasi biblique, Naruto parvient Ă  transformer ses pires adversaires en les ralliant Ă  sa cause. Neji, Gaara, Pain, l’énigmatique Tobi (pas de spoil!) : la liste des exemples est longue. Naruto fait preuve de bienveillance et de comprĂ©hension y compris pour Sasuke qu’il considĂšre malgrĂ© sa trahison et des luttes mortelles Ă  rĂ©pĂ©titions, comme son meilleur ami de toujours.

“Dans le monde des ninjas, ceux qui ne suivent pas les rùgles sont des moins que rien. Mais ceux qui abandonnent leurs amis sont encore pires” — Obito

Rasengan vs Chidori (version lolcat)

En Ă©crivant l’article, je suis tombĂ© sur une rĂ©cente vidĂ©o de Simon Sinek qui m’a logiquement captivĂ© par rapport aux valeurs du manga. Sinek dit, je cite, que “le courage vient de notre volontĂ© de faire des choses pour les autres. On se dĂ©die Ă  une cause qui nous semble noble et ce qui est gĂ©nial c’est que ça rassemble des gens autour de nous pour rendre le monde meilleur”.

Justement pour rassembler des adeptes, as-tu dĂ©jĂ  entendu parlĂ© de la thĂ©orie des 1000 True Fans?

Selon l’essaie de Kevin Kelly, un crĂ©ateur, tel qu’un artiste, un musicien ou un entrepreneur — n’a besoin d’acquĂ©rir que 1000 Vrais Fans pour pouvoir vivre de son art. Il dĂ©finit un Vrai Fan comme un ambassadeur qui achĂštera tout ce qu’on produit de nouveau, en version premium. Il a une Google Alert pour ta marque. Il se rend Ă  tes confĂ©rences et keynotes. Ils arborent fiĂšrement ton T-shirt, ta casquette brandĂ©s et boit son cafĂ© dans ton Mug. Il est impatient que tu sortes ton prochain produit. Il est un Vrai Fan.

Un peu comment la mĂ©taphore de l’ascension de la montagne (cf. plus haut), les 1000 premiers clients qui adorent ton produit sont une premiĂšre Ă©tape qui mĂ©rite de concentrer tous ses efforts dessus. Va chercher 1000 early adopters Ă  la main et offre leur une expĂ©rience exceptionnelle pour qu’ils deviennent des ambassadeurs passionnĂ©s. Une masse critique de fidĂšles qui permet d’atteindre un point d’inflexion Ă  partir duquel se dĂ©clenche un effet de viralitĂ©. De cette viralitĂ©, un succĂšs qui te dĂ©passe : c’est le secret du buzz qui caractĂ©rise le web.

Si tu as un ciblage B2C par exemple, vends d’abords ton produit Ă  tes proches, Ă  ta famille et Ă  tes amis. En effet, le principe de Kelly est davantage orientĂ© consumer car il englobe tout type d’artiste. Toutefois, il peut s’appliquer au B2B ce nous ramĂšnerai Ă  100 True Fans avec un MRR* d’environ 100$ par client pour dĂ©bloquer ce miraculeux network effect.

MRR: Revenu mensuel récurrent.

Bon, en rĂ©alitĂ©, les DĂ©mons renard Ă  9 queues et les crapauds gĂ©ants, Ă  part Ă  Konoha, ils restent encore plutĂŽt discrets dans nos vies. En revanche, on connait le village secret oĂč se reproduisent les licornes: il s’agit de la Silicon Valley. Et peut ĂȘtre bientĂŽt en France si on continue Ă  prendre l’inspi sur Naruto car (Spoiler Alert) Ă  force de rĂ©silience, il finit bien Hokage!

Viens prendre unÂ â˜•ïžÂ Ă  Paris Soleillet, si tu as aimĂ© l’article et que tu veux de l’aide pour ta startup ou tout simplement parler de ninjas! vivian@wacano.io

06 82 97 44 76

Vivian

Ps: Mon petit chien s’appelle Pain đŸ¶

Partager l'article